Hôpitaux, prisons et écoles : le studio Onaire donne la parole à tous !

Like AWorkstation on Facebook

L’exposition Fiesta Grafica à la Maison de l’Amérique Latine n’est pas une excuse pour revenir sur le travail de l’affichiste français Michel Bouvet. Au contraire, elle donne à voir l’émulation créative des affichistes officiant aux quatre coins de l’Amérique du Sud. La créativité de ceux que l’on ne connait pas ou que trop peu. Les affiches culturelles, l’art urbain et démocratique par excellence, empreintes d’histoires et d’enjeux forts, s’installent dans l’espace muséale. Pas besoin de voyager donc pour voir l’art graphique de l’Amérique latine. Les 26 artistes sont animés par le désir d’interpeller et de susciter le débat. Si les façons de faire divergent, les intentions sont les mêmes. Bercés par un continent à l’histoire forte et tumultueuse : colonisation, fractures sociales, dictatures et crises économiques, les graphistes d’Amérique Latine ont énormément à dire !

étapes: laisse la parole, dans une série d’articles, à ces affichistes qui n’ont pas peur de dire ce qu’ils pensent et qui œuvrent, par le graphisme, en faveur du collectif, pour une société plus juste. Découvrez leur travail jusqu’au 7 mai !

Onaire, ragoût graphique et engagement

Onaire étapes: Fiesta Grafica

Le collectif argentin Onaire, basé à Buenos Aires est formé en 2007 par cinq artistes de la faculté d’architecture, de design et d’urbanisme : Mariana Campo Lagorio, Gabriel Lopatin, Sebastian Puy, Gabriel Mahia et Natalia Volpe. Ils partagent un engagement sociétal qu’ils traduisent dans leur travail graphique : droits des femmes, liberté des genres et de leurs expressions plurielles, exercice de la démocratie, santé sexuelle et luttes contre toutes les formes d’oppression. Leurs expressions créatives mises en commun, selon leur méthode bien personnelle du Guiso grafico, conduisent à la création d’affiches qui dépassent l’individualité au profit de l’inclusion et du collectif. En une affiche, le colectivo grafico Onaire résume la société argentine de son temps et donne la parole à ceux qui ne l’ont que trop peu.

Onaire étapes: Fiesta Grafica
Amar, Luchar, Vivir (Aimer, lutter, vivre), 2018

Vous travaillez à dix mains et cinq têtes. Cette collaboration nombreuse fonctionne grâce à un processus créatif bien à vous, le « Guiso Gráfico ».

Le Guiso gráfico est la méthode de travail que nous développons depuis notre première réunion graphique, en 2007. El Guiso –ou ragoût graphique en français- stimule notre création. Ainsi, notre travail peut englober, dans une seule composition, les visions de chacun d’entre nous. Il transcende l’expression individuelle au profit de l’expression collective. Le Guiso gráfico, nous le pratiquons soit entre les cinq graphistes du studio Onaire, soit à l’occasion d’ateliers dans des écoles, des hôpitaux, des universités ou des prisons, avec de vingt jusqu’à cent participants !

Ce process nous permet de développer des thématiques graphiques liées à l’histoire et aux réalités sociales et culturelles omniprésentes en Argentine et souvent partagées avec d’autres pays d’Amérique Latine. Une fois le thème choisi, vient l’expression individuelle : chaque participant partage ses pensées, dessine et écrit sur une feuille de papier blanc au pinceau et à l’encre noire. Ensuite, les dessins sont regroupés, coupés, collés et de là, nait notre composition. Les images qui constituent la composition finale sont numérisées, traitées graphiquement sur un ordinateur et transformées en une création murale ou une affiche, qui sera ensuite imprimées numériquement ou sérigraphiée.

Onaire étapes: Fiesta Grafica

Vous cultivez tous les cinq une implication sociale forte. Le droit des femmes à l’avortement gratuit, la lutte pour la paix et la démocratie sont des thèmes, entre de nombreux autres, que vous privilégiez dans votre travail graphique. Pourquoi ce désir brulant de produire un graphisme toujours engagé ?

Le graphisme contribue au développement et à l’amélioration de la vie en société. Il exprime et porte des valeurs culturelles. L’impact des images est éminemment puissante. Si nous pouvons utiliser cette force pour transformer, même si ce n’est qu’un peu, l’avenir de ce monde dans lequel nous devons vivre, nous ne pouvons qu’en être très heureux.

Quelle est l’importance d’un travail de mise en commun pour travailler des thèmes qui touchent au social et au politique ?

Travailler de manière collective sur des questions sociales ou politiques renforce le processus de travail et enrichit les résultats. Les thématiques sociétales invitent à la confrontation des idées. Elles réveillent le débat et génèrent ainsi une multiplicité de voix qui se traduisent dans le graphisme, nos affiches et leurs messages.

Yaguareté (Jaguar), 2017

Qu’est-ce que l’expression collective a de plus que l’expression personnelle ?

L’expression collective enrichit la pensée individuelle et encourage l’inclusion. Elle donne la place à ceux qui ont le besoin de s’exprimer, et éventuellement, cette expression trop souvent réduite au silence, traduite en pensées, besoins et demandes, se matérialise dans les images et rend possible la prise de parole. Au studio Onaire, nous sommes sûrs que cent personnes peuvent crier plus fort qu’une.

Vous mettez à contribution l’ensemble de la société argentine : écoles, hôpitaux et prisons, vous donnez la parole à tous, sans exception.

Travailler collectivement dans ces différents espaces est un exemple clé de l’ouverture que le Guiso gráfico nous offre. Il nous permet de partager la création avec d’autres participants et surtout, de connaître différentes réalités dans leur contexte proche. Nous pouvons nous immerger dans la vie quotidienne des gens et comprendre les enjeux liés à leur situation.

Onaire étapes: Fiesta Grafica
Tu respeto mi derecho, mi respeto tu derecho, nuestro derecho (Ton respect, mon droit ; mon respect, ton droit ; notre droit), 2018

Pourquoi l’affiche est le format idéal pour communiquer votre engagement ?

L’affiche est un support dans lequel nous nous sentons à l’aise pour travailler avec nos graphismes et les messages que nous voulons transmettre. La conception de chaque affiche est un défi : modifier le Guiso gráfico est un moment crucial. Nous concentrons dans une image la force de l’œuvre collective et, par l’affiche, objet urbain vu par un très grand nombre, nous informons et interpellons.

Quelles inspirations partagez-vous au sein de votre collectif ?

Nous sommes influencés par l’expression des peuples indigènes, par l’art latino-américain avec Diana Doweck, Yuyo Noé, Antonio Berni, par le muralisme mexicain et par l’art de l’école polonaise avec Roman Cieslewicz et Jan Lenica. Notre collectif partage la même manière de regarder la conception graphique que nos collègues argentins Alfredo Saavedra, El Fantasma de Heredia et Juan Carbonell.

Graphistes en Argentine et à Buenos Aires, qu’est-ce que cela implique ?

Le graphisme en Argentine, à l’instar d’autres professions, n’échappe pas à la situation économique que le pays traverse. Cependant, l’Argentine compte parmi elle d’importantes écoles et universités, avec de bons enseignants et professionnels qui continuent de miser sur la discipline. Certains sont même reconnus internationalement. Le contexte de notre pays est, évidemment, notre principale source d’inspiration.

Quel projet vous a le plus marqué ?

Onaire étapes: Fiesta Grafica

Celui réalisé à l’Hôpital de Pédiatrie Garrahan à Buenos Aires. Cette expérience fait partie d’une série d’ateliers et d’activités organisés par le Ministère National de la Santé en 2014. C’était la première fois que nous organisions un Guiso grafico avec des enfants en traitement contre le cancer, avec des membres de la famille, des médecins et du personnel hospitalier. Les impératifs du groupe nous ont obligé à adapter nos méthodes de travail : l’encre et la colle ont été échangé contre des matériaux à base d’eau. Définir le sujet a été une tâche longue, nous avons finalement statué sur le thème : « Mon pouvoir secret », et cela a été un succès ! Ce sujet a laissé de côté la maladie, le temps d’un instant, pour faire place au jeu et à la fantaisie. Le premier jour, les enfants ont dessiné ou écrit leur pouvoir secret : force, pluie, amitié, fruit. Aucune explication n’était nécessaire, seule l’imagination comptait et occupait une place centrale dans leurs dessins à l’encre noire et au pinceau.
Puis, les images ont toutes été découpées pour construire l’œuvre finale selon notre méthode du Guiso grafico.

La salle d’attente de l’hopital, longue de 8 mètres sur 2, est alors recouverte de la création finale de cette collaboration unique. Les enfants, les parents, les mères, les grand-mères, les médecins, les infirmières, les enseignants, en résumé : tout ceux qui ont participé à l’activité, ont senti qu’ils avaient construit un espace de soulagement, une bulle loin des réalités hospitalières. Ensemble, nous avons créé une alternative à l’attente.
Chaque atelier est une expérience qui contribue à changer nos aprioris. Mener un atelier à l’hôpital a tout d’abord suscité chez nous une inquiétude face la maladie, qui s’est finalement transformée en joie ; celle d’avoir pu rencontrer des enfants forts et courageux. Nous croyons en cette méthode de création qui, à chaque atelier, nous surprend et transforme le projet initial en une chose totalement inattendue.

Fiesta Gráfica réunit 26 affichistes, tous d’Amérique Latine. Que pensez-vous de l’exposition ?

Elle est pour nous le synonyme d’un grand rassemblement d’amis, avec un hôte incroyable : Michel Bouvet. Fiesta Gráfica est un espace de partage, de découverte des différences et des similitudes. Elle fonctionne comme un terrain d’échange culturel entre ceux d’entre nous qui opèrent un même territoire, l’Amérique Latine, et ceux qui en officient sur une autr, la France.

Onaire étapes: Fiesta Grafica
Onaire étapes: Fiesta Grafica
Onaire étapes: Fiesta Grafica
Onaire étapes: Fiesta Grafica
Onaire étapes: Fiesta Grafica
Onaire étapes: Fiesta Grafica
Onaire étapes: Fiesta Grafica

The post Hôpitaux, prisons et écoles : le studio Onaire donne la parole à tous ! appeared first on étapes:.

Source: etapes

Rating Hôpitaux, prisons et écoles : le studio Onaire donne la parole à tous ! is 5.0 / 5 Votes: 2
Please wait...
Loading...