Lithographie et mise en abyme pour l’affiche des Puces de l’Illu par Mathieu Pauget

A l’occasion des Puces de l’Illu, le festival de l’illustration contemporaine au Campus Fonderie de l’Image, école d’études supérieures de design graphique, l’agente d’illustrateurs et illustratrices Malina Cimino est allée rencontrer l’auteur de l’affiche de la septième édition : Mathieu Pauget. Initié avec une carte blanche il a proposé un dessin crayonné, décliné en deux versions : sa version estivale et animée en réalité augmentée, et sa version hivernale réalisée en lithographie à l’Atelier À Fleur de Pierre. 

Bonjour Mathieu ! Quel a été votre parcours ?

Je suis né en 1989 à Lyon et j’ai fait les Arts Déco de Paris en section Image Imprimée. À ma sortie d’école, j’ai monté un atelier de sérigraphie et de gravure à Maisons-Alfort, avec mon ami Lucas Ribeyron. Avec Frédéric Déjean, nous avons ensuite créé l’atelier CO-OP. Il y a deux ans, j’ai quitté l’atelier afin de me consacrer pleinement à ma pratique artistique.

Vous avez réalisé la septième affiche des Puces de l’illustration. Quel a été votre processus de création pour cette affiche ?

Je voulais réaliser une mise en abyme, un dessin dans le dessin en quelque sorte. J’ai donc composé une image dans laquelle les personnages sont en train de contempler un tableau, ou une fenêtre, cela dépend de chacun. De la même façon, les personnes qui vont venir aux Puces de l’Illu vont voir des œuvres, ou regarder l’affiche… Ensuite, j’ai rajouté des éléments qui m’amusaient, comme les nageurs et la famille de pêcheurs. Cela crée un décalage et la rend moins « sérieuse ». Pour faire une image comme celle-ci, j’ai fait quelques croquis, puis je l’ai rapidement dessiné à la bonne dimension, avec ma technique de prédilection, le crayon de couleur. 

Vous avez réalisé l’affiche des Puces en lithographie à l’atelier A Fleur de Pierre. Pouvez vous nous raconter comment ça s’est passé ? 

Je suis d’abord allé voir Laurence et Etienne (ndlr. Les gérants de l’atelier) qui m’ont conseillé et m’ont rappelé ce qu’il était possible de faire. Je suis revenu quelques semaines après pour dessiner sur mes cailloux. J’avais 3 pierres, une pour chaque couleur. J’ai reporté mon dessin sur chacune des pierre et je me suis mis au travail. C’était très agréable de dessiner là-bas, connaissant bien l’équipe on se sent tout de suite comme chez soi. Les étudiants du Campus Fonderie de l’Image sont également venus observer comment fonctionne cette technique. Ils étaient très curieux et m’ont posé beaucoup de questions pendant que je travaillais.

Quelle importance a pour vous le fait de former ou attiser la curiosité du public, autour de différentes pratiques, comme vous l’avez fait avec la lithographie ?

Je trouve ça très important d’expliquer, continuer à faire vivre et découvrir ces techniques. Elles nourrissent énormément l’univers des artistes. Chacune possède ses spécificités plastiques et techniques. Elles demandent à l’artiste de regarder son travail sous un nouveau jour et de se ré-inventer. Il est également important que le public ait conscience du temps et du travail que ces techniques requièrent, leur caractère artisanal et donc le statut particulier des ouvrages produit.

Pour lire la totalité de l’interview, rendez-vous sur le site du Campus Fonderie de l’Image

Propos recueillis par Malina Cimino

The post Lithographie et mise en abyme pour l’affiche des Puces de l’Illu par Mathieu Pauget appeared first on étapes:.

Source: etapes

Rating Lithographie et mise en abyme pour l’affiche des Puces de l’Illu par Mathieu Pauget is 5.0 / 5 Votes: 2
Please wait...
Loading...